EDITO
La Cote d’Azur à l’heure tunisienne…

Il y a trente trois ans la Société des Courses de Tunis dirigée à l’époque par Mr Hedi Saheb Ettabaa et la Société des Courses de la Cote d’Azur représentée par le Comte de Blanchetti signaient un protocole de jumelage entre les deux institutions, avec une grande fête à Cagnes (fantasia, une course exhibition de pur sang arabes tunisiens, troupe folklorique, restauration tunisienne, un mini-souk…) et la réplique à Kassar-Said (course exhibition de trot avec les meilleurs drivers, les frères Gougeon, G. Mascle, J. Treich, M. Roussel, Mlle Ch. Joney-Weiss, dîner gala…). De très beaux souvenirs qui marquent encore l’esprit de nombreux turfistes!

Suite à la Révolution du 14 janvier 2011, le président François Forcioli-Conti qui a toujours témoigné son amitié et sa sympathie pour notre pays, a souhaité donner un éclat particulier à la célébration du 33ème anniversaire du jumelage qui nous unit. Il a proposé l’organisation dans son hippodrome d’une journée tunisienne le samedi 11 février. La Société des Courses de Tunis a été sensible à cette proposition et s’est employée pour assurer la réussite de cette journée. Le Ministère du Tourisme a été sollicité pour animer cette manifestation et promouvoir le tourisme tunisien qui passe par une période difficile. Le magnifique hippodrome de Cagnes-sur-Mer situé en bordure de mer, a donc vécu à l’heure tunisienne avec des passages répétés d’une troupe folklorique avec deux danseuses orientales, un mini-souk animé par des artisans sous une tente berbère, une dégustation de pâtisseries tunisiennes et de thé vert à la menthe, une tambola avec l’octroi de deux voyages et séjours dans des hôtels en Tunisie… Les nombreux visiteurs ont également profité d’autres animations proposées par la direction de l’hippodrome, comme des tours en calèche, manège, structure gonflable, poneys…Des moments de détente qui ont fait la joie des Cagnois et de plusieurs tunisiens installés dans les Alpes Maritimes et ce malgré le froid rigoureux qui régnait depuis plusieurs jours sur la Cote d’Azur.

Photo souvenir à l’issue de la signature du nouveau protocole de jumelage entre les hippodromes de Cagnes-sur-Mer et Kassar-Said.

Vendredi après-midi, lors d’une sympathique cérémonie à la mairie de Cagnes-sur-Mer, le sénateur-maire Louis Négre a tenu à être le témoin de la signature d’un protocole de coopération entre les deux présidents des deux sociétés. Dans son allocution, il a rappelé les liens historiques qui unissent les deux rives du « mare nostrum » et souhaité le développement d’une coopération dynamique entre les deux sociétés. Il a affirmé qu’il aiderait de son mieux la réalisation des différents projets programmés. La délégation tunisienne était composée de Messieurs Abdelhak Ben Younes directeur des Services Vétérinaires, Faouzi Ben Jedira p. d. g. de la Société des Courses, M’naouar Ben Hissi, p.d.g. de l’A.T.S. et M’hamed Essaied président de l’Association des Propriétaires et des Eleveurs – et celle cannoise par le président François Forcioli-Conti, et ses vice-présidents Georges Camprubi, Jean-Baptiste Andréani et Michel Capponi. Les huit épreuves au programme de la réunion de samedi portaient des appellations en l’honneur de la Tunisie et les propriétaires des différents lauréats ont reçu en guise de trophées des objets de l’artisanat tunisien, qui ont été fort appréciés. Parmi les vainqueurs du week-end, figuraient deux propriétaires belges, un autrichien et le célèbre acteur égyptien Omar Sharif représenté par son entraineur David Smaga qui est lui-même d’origine égyptienne.

Une chaleureuse poignée de mains à trois, symbole d’amitié et d’entente, entre Messieurs François Forcioli-Conti, Faouzi Ben Jedira et Louis Négre.

La première étape du Championnat Méditerranéen des jockeys organisé par l’Union Hippique de la Méditerranée s’est disputée dimanche et avait pour support une épreuve de 2.400 m pour pur sang anglais d’âge avec 8 partants. Sept jockeys « méditerranéens » ont pris part à cette course disputée en présence d’un public relativement nombreux malgré le froid qui régnait sur la région depuis plusieurs jours. C'est la jument Dolce Bambina associée au russe Stanislav Kruglykhin qui s'est imposée de haute lutte, mais son jockey a ressenti un malaise à son retour aux balances qui a nécessité l’intervention du médecin de garde sur l’hippodrome. Finalement plus de peur que de mal ! Au bout d’une dizaine de minutes, Stanislav a retrouvé ses esprits et a fêté joyeusement sa victoire…Son entourage a révélé que le jockey n’avait pas mangé de puis deux jours et avait passé de longs moments au sauna pour perdre du poids ! Après la cérémonie de remise des trophées, l’entraineur de la lauréate Fabrice Chappet (auteur d’un coup de deux dans la réunion) en bon méridional ironisait : « le jockey s’est évanoui parce qu'il n'avait jamais été aussi vite ! ". Notre représentant Ghofrane Ghrissi a hérité (tirage au sort) d’un outsider et malgré toute sa bonne volonté il n’a pu se placer.

Mondher Zouiten
Jumelage entre Nice et Sousse

Par une heureuse coïncidence, jeudi la ville de Nice et de Sousse ont solennellement célébré dans les salons de la villa Massena leur jumelage et Mr Christian Estrosi député-maire de « la cité des fleurs » et président d’Euromed jusqu’à la fin de l’année, a salué le succès de la Révolution tunisienne qui a initié le « Printemps arabe » et a affirmé : « ce rapprochement entre ces deux cités méditerranéennes devrait permettre le développement d’actions de coopération et d’échanges d’expériences en matière d’environnement, d’économie et tourisme, de technologie, d’enseignement supérieur et de culture…Nice et Sousse travaillent déjà ensemble, notamment en matière de gestion des déchets..Le réseau Euromed favorise le soutien des villes du Nord aux villes du Sud pour améliorer leurs infrastructures et élever le niveau de vie de leurs populations, de telle sorte qu’ils puissent apaiser certaines tensions et faire émerger la démocratie. A ce titre, elles peuvent bénéficier d’aides européennes...». Il a notamment rappelé que 60.000 tunisiens vivent à Nice et 120.000 dans le département des Alpes-Maritimes.

Messieurs Christian Estrosi et Khaled Ben Haj Ali ont apposé leurs signatures au pacte de jumelage entre Nice et Sousse pour donner encore plus de sens aux valeurs de partage et de développement économique durable.

Dans sa réplique le maire de Sousse Khaled Ben Haj Ali s’est déclaré flatté d’établir un jumelage entre sa ville natale «la perle du Sahel » et Nice capitale de « la Riviera » une des plus belles régions de France et a souhaité qu’à travers ce rapprochement, ces deux cités antiques de la méditerranée développent une large coopération dans tous les domaines économiques, culturels et sportifs. Devant tant d’enthousiasme et de bonne volonté de part et d’autre, il ne reste plus qu’à espérer de prompts résultats...

Tout au long de ce séjour, nous avons été souvent interpellés par des gens de toutes conditions, en quête de nouvelles de la Tunisie et qui souhaitent s’y rendre ou y retourner dés que possible...Espérons que la sécurité régnera de nouveau dans notre beau pays et que les touristes « tels les hirondelles » seront de retour nombreux dés ce printemps !

Mondher Zouiten
Maroc : Journée internationale du pur sang arabe

Je reviens du Maroc où j’ai assisté à la journée internationale du pur sang arabe organisée le vendredi 6 mai, sur le magnifique hippodrome d’Anfa. Cette importante manifestation dont c’était la dixième édition, a été rehaussée par la présence de S.A.R. le Prince Moulay Rachid et a drainé un public nombreux et enthousiaste. Je voudrais tout d’abord saluer l’excellente organisation tout à l’honneur de la Société Royale d’Encouragement du Cheval, dirigée depuis trois ans par un jeune et brillant économiste issus des milieux financiers Mr Omar Skalli, qui s’est entouré de jeunes cadres dynamiques et entreprenants, avec pour principal objectif la mise à niveau des courses marocaines, aux normes internationales. Les résultats ne se sont pas fait attendre….La SOREC a hérité depuis le début de l’année de la direction des haras nationaux. Le secteur hippique avec ses trois volets, courses, élevage et P.M.U. est désormais géré par une seule et unique institution. Fort de ce soutien des autorités de tutelle, les propriétaires et les éleveurs ont engagé des investissements importants pour aménager des haras et des centres d’entrainement qui rivalisent avec les meilleurs établissements européens et pour l’importation de poulinières et d’étalons aux courants de sang prestigieux.

Mr Omar Skalli, le jeune et dynamique directeur général de la SOREC.

Revenons à cette grande fête annuelle du pur sang arabe et ses deux épreuves phares au label de groupe III international (IFHAR) : Le Grand Prix de S.M. le Roi Mohamed VI ( 1200.000 Dh. , environ 230.000 Dinars - 2.000 m) qui avait réuni 11 partants, a été dominée par le saoudien de 7 ans Shagmoom Al Khalidi (Tiwaiq et Ty) associé au jockey sud-américain Jayro Rondon en 2’15’’ et après avoir contrôlé la course de bout en bout, ralliant le poteau avec 2 l. d’avance sur son compagnon d’écurie le 7 ans Aawaj Al Khalidiah (Tiwaiq et Agape de Nulvi) dans son sillage durant tout le parcours et suivi des marocains Rudy des Vialettes (par Dormane) et Aabir (par Amer) et Tamar Thabet (par Dormane et la tunisienne Harka).

L’arrivée du Grand Prix de S.M. le Roi Mohamed VI remporté par Shagmoom Al Khalidi
S.A.R. le Prince Moulay Rachid remettant le trophée au Sheikh Mutlaq Bin Mashref manager de Al Khalidiah Stables

Le Grand Prix de S.A.R. le Prince Héritier Moulay El Hassen (700.000 Dh, environ 150.000 Dinars – 1.900 m) avec 12 partants, a été également l’apanage des saoudiens d’Al Khalidiah qui ont ravi les deux premières places avec le gris de 6 ans Muhanad Al Khalidiah (Rahi et Keheilan) monté par Roberto Perez nettement détaché de Sharid Al Kheledia (Kunz Al Thani et Saba). Le second accessit est revenu à Sidi Thabet (Dormane et la tunisienne Zazia Bejia) suivi de Kezaldo (Kerbella) et Black Type (Dormane). Le vainqueur s’était déjà distingué dans la dernière édition de cette prestigieuse épreuve.

Le gris Muhanad Al Khalidiah vainqueur aisé du Grand Prix de S.A.R. le Prince Héritier Moulay El Hassen

Le Grand Prix de S.A.R. le Prince Moulay Rachid (600.000 Dh , environ 110.000 Dinars – 1.750 m) course internationale pour 3 ans (7 partants) a été enlevée par Narrateur Al Maury (Zippy Al Maury et Nevada Al Maury) appartenant à Mr Jamai Ghizlani Anas et monté par Samir Said devant Udallan et Fal Zwine. En lever de rideau, l’écurie des Héritiers de Zakaria Hakam s’est distinguée à deux reprises dans le Prix de l’élevage (1.400 m) pour pouliches de 3 ans remporté par Hnina (par Nour Thabet aux origines franco-tunisiennes) et dans le Prix des Haras Nationaux a réplique pour poulains qui a été enlevé de haute lutte par Hbib (Borodyne et Alibi) aux dépens de Zidane (Hicham Al Mels et Omnia).
L’étape marocaine du Championnat méditerranéen des Jockeys, qui avait pour support le Grand Prix du Ministère de l’Agriculture a été enlevée par le russe Dimitri Asocham en selle sur Ben Moro. Le représentant tunisien Mounir Mansouri a terminé au second rang et se trouve désormais bien classé après sa 3ème place à Malte au mois d’Avril.

Mounir Mansouri en compagnie de Stephane Corette jockey et entraineur du Haras Royal
Messieurs Menaouar Ben Hissi et Mondher Zouiten les représentants tunisiens à cette importante manifestation.
M.Z
ET VIVA LA REVOLUTION !
Je ne sais pas si vous mesurez la chance inouĂŻe d’avoir vĂ©cu (et participĂ© pour certains d’entre vous) en ce dĂ©but d’annĂ©e un soulèvement gĂ©nĂ©ral du peuple tunisien,  tout âge,  tout sexe,  toutes conditions sociales ,  toutes sensibilitĂ©s politiques et toutes croyances confondues…Le peuple rĂ©uni sous la mĂŞme bannière et entonnant l’hymne national  avec  ardeur et un courage a rĂ©ussi Ă  faire plier le tyran qui a fini par s’enfuir honteusement et lâchement avec sa famille et ses proches. Une vraie RĂ©volution, au sens le plus noble du terme. Rappelons nous le dernier Grand Prix du PrĂ©sident de la RĂ©publique (mai 2010) que le dictateur nous avait fait l’honneur de le  « rehausser Â» de sa prĂ©sence, avec l’ Ă©talage d’un dispositif sĂ©curitaire inimaginable. Des centaines, voir des milliers de policiers, d’agents et de miliciens avaient investi l’hippodrome et ses alentours quatre Ă  cinq jours avant la rĂ©union dominicale. Tout le gouvernorat de La Manouba avec tous ses moyens matĂ©riels et humains, avait Ă©tĂ© mobilisĂ©. Des centaines de milliers de dinars avaient Ă©tĂ© dĂ©pensĂ©s pour une mise en scène théâtrale grotesque et du plus mauvais goĂ»t, pour accueillir triomphalement le despote accompagnĂ© de son fils…Comble du ridicule, la tribune de l’hippodrome avait Ă©tĂ© entièrement drapĂ©e de tissus « mauve Â» la couleur prĂ©fĂ©rĂ©e du monarque ! Des invitĂ©s Ă©trangers (qui avaient Ă©tĂ© escortĂ©s par des policiers en civil de leur hĂ´tel jusqu’à l’hippodrome !) avaient Ă©tĂ© choquĂ©s par cet incroyable dĂ©ploiement de force et cette dĂ©bauche « surrĂ©aliste Â» de moyens. A l’entrĂ©e de l’hippodrome, tous les professionnels avaient Ă©tĂ© soumis Ă  un interrogatoire musclĂ©, puis sans mĂ©nagement Ă  une fouille au corps minutieuse et un passage Ă  travers un portique de sĂ©curitĂ©. Ils avaient Ă©tĂ© cantonnĂ©s au niveau du paddock avec l’interdiction formelle de circuler d’une enceinte Ă  l’autre ! La journĂ©e annuelle de gala des courses, cette grande fĂŞte du cheval, s’était transformĂ©e en un cauchemar. En « catimini Â» les gens exprimaient leur ras le bol et leur dĂ©sarroi . Il a fallu ce geste hĂ©roĂŻque de Mohamed Bouazizi et le soulèvement des gens de Sidi Bouzid, Kasserine, Regueb, Meknassi… pour nous sortir de notre torpeur et de notre lĂ©thargie et nous pousser Ă  sortir dans la rue pour protester contre cette dictature de la pire espèce. Hommage et Honneur Ă  nos martyrs qui nous ont libĂ©rĂ©s !
Tous les secteurs politiques, Ă©conomiques, culturels et sportifs ont aussitĂ´t entamĂ©s des changements radicaux pour s’affranchir du carcan dans lequel ils Ă©taient prisonniers depuis des dĂ©cades…Le secteur du cheval qui nous intĂ©resse en premier lieu tarde Ă  bouger. Les propriĂ©taires, les Ă©leveurs et les divers professionnels sont toujours plongĂ©s dans ce sommeil profond qui les a toujours caractĂ©risĂ©s. Bon sang secouez-vous ! C’est une RĂ©volution. Vous ne cessez de clamer que votre secteur est sinistrĂ© et de vous lamenter en petits groupes sur votre sort. Il est vrai que la situation financière actuelle des propriĂ©taires, des Ă©leveurs et des professionnels est difficile,  pour ne pas dire alarmante. Ils sont confrontĂ©s Ă  des charges de plus en plus pesantes et Ă  l’absence de dĂ©bouchĂ©s pour leur production. Il faut savoir que  ces propriĂ©taires –éleveurs ne sont pas des milliardaires ! Ils sont plutĂ´t des agriculteurs, des commerçants, des artisans, des titulaires de professions libĂ©rales, aux moyens limitĂ©s. Un bel exemple nous vient de ces nombreux Ă©leveurs du centre et du sud du pays, aux conditions souvent modestes.  Messieurs, l’heure est donc venue de resserrer vos rangs et de revendiquer un nouveau statut pour  l’élevage et des courses de pur sang, digne de ce secteur traditionnel de notre agriculture qui emploie des milliers de personnes Ă  travers la RĂ©publique. La prioritĂ© des prioritĂ©s doit ĂŞtre accordĂ©e Ă  la rĂ©cupĂ©ration de la masse importante d’argent dĂ©gagĂ©e par le P.M.U. et qui est dispersĂ©e pour diverses activitĂ©s prĂ©tendues caritatives. Le P.M.U. prĂ©lève  40 % sur les enjeux sur les courses de France qui sont rĂ©partis de la manière suivante : 4% pour la SolidaritĂ© Nationale, 12% pour les frais de fonctionnement de l’A.T.S. (appellation du P.M.U.), 46 % pour la SociĂ©tĂ© des Courses, 1% pour la FĂ©dĂ©ration des Sports Equestres, 8% pour la F.N.A.R.C. (Haras Nationaux), 18% pour le Fond d’Aide et Intervention Sociale (FAIDS qui sont versĂ©s directement Ă  la prĂ©sidence de la rĂ©publique ?), 15% Caisse de SolidaritĂ©. Nous avons hĂ©ritĂ© de l’occupation française un système de gestion du secteur Ă©quin basĂ© sur le principe : Â« l’argent du cheval doit revenir au cheval Â». C’est un système qui a fait ses preuves depuis plus d’un siècle et qui est citĂ© de part le monde comme un modèle de rĂ©ussite. Il permet en effet au secteur du cheval de s’autogĂ©rer et l’état n’a pas besoin de le subventionner. La SociĂ©tĂ© des Courses de Tunis qui Ă©tait gĂ©rĂ©e par des professionnels Ă©lus par la base, a fonctionnĂ© de la sorte jusqu’au dĂ©but des annĂ©es 60 oĂą le P.M.U. lui a Ă©tĂ© retirĂ© au profit du ministère des finances. Et depuis sa part du gâteau n’a cessĂ© de diminuer. Actuellement le secteur ne reçoit que des subsides et sans « argent Â» on ne peut concevoir de progrès. Il faudrait profiter de cette RĂ©volution pour revendiquer ses droits et rĂ©cupĂ©rer au minimum 75%  des 40% prĂ©levĂ©s par le P.M.U.
Cette revendication doit ĂŞtre Ă©videmment motivĂ©e par un programme de relance du secteur, avec des rĂ©formes importantes et la remise Ă  niveau des institutions. Au lieu de faire la charitĂ©, nous devons proposer des actions de solidaritĂ© plus efficientes en valorisant le secteur et en crĂ©ant de nombreux emplois Ă  divers niveaux.  A l’exemple du « promosport Â»Â  et sa brillante rĂ©ussite dans le financement des infrastructures sportives, cet « argent Â» pourrait servir Ă  la modernisation de l’hippodrome de Kassar-Said, Ă  la remise en Ă©tat de celui de Monastir, Ă  l’amĂ©nagement de nouveaux hippodromes Ă  Meknassy, Ben Gardane, Kairouan, Tabarka…, Ă  la crĂ©ation d’un centre de formation pour les mĂ©tiers du cheval (jockeys et personnel spĂ©cialisĂ© dans l’élevage et les courses), Ă  l’équipement de cliniques vĂ©tĂ©rinaires Ă©quines, Ă  l’amĂ©nagement d’ un centre d’entrainement, Ă  la valorisation des allocations…avec en prime la crĂ©ation de centaines d’emplois spĂ©cialisĂ©s et la relance de nombreuses activitĂ©s qui sont attachĂ©es au secteur. On a trop tendance Ă  minimiser l’impact de ce secteur dans notre Ă©conomie. L’élevage et les courses et les divers activitĂ©s qui y sont rattachĂ©es (agricoles, artisanales, vĂ©tĂ©rinaires, tourisme…) constituent pourtant une vĂ©ritable industrie qui emploie des milliers de personnes.  L’élevage des chevaux peut contribuer Ă  fixer de nombreux jeunes Ă  la campagne oĂą les dĂ©bouchĂ©s sont plutĂ´t rares. La vocation exportatrice du secteur n’est pas, non plus, Ă  nĂ©gliger. Nous avons dĂ©jĂ  exportĂ© des centaines de chevaux Ă  des prix Ă©levĂ©s. Dans le grand mouvement qui se dessine en faveur des « vacances vertes Â» le tourisme Ă©questre a une belle carte Ă  jouer. A cet effet, il ne faudrait  surtout pas disperser nos efforts pour dĂ©battre de dĂ©tails techniques et s’attarder dans des discussions byzantines sans rĂ©sultats. Nous devons plus que jamais rester  unis, sous un mĂŞme slogan.  Nous aurons tout le temps par la suite de dĂ©finir une vraie politique, Ă  moyen et long terme,  au niveau de l’élevage et des courses,  une stratĂ©gie pour  dĂ©velopper qualitativement et quantitativement le secteur et  se hisser progressivement au niveau international.  Nous avons une tradition de courses bien ancrĂ©e (plus d’un siècle de courses !), un public fidèle et passionnĂ©, un effectif de pur sang arabe de grande qualitĂ©, des professionnels expĂ©rimentĂ©s, de belles infrastructures... Il nous manque la volontĂ© et l’ambition de rĂ©ussir.   Le dĂ©fi est important,  mais il faut y croire !

 Mondher Zouiten

على ظهور الخيل
(1)بقلم: محمد جويلي

لست سليل عائلة مغرمة بالخيل ولم يكن صهيل الحصان على مرمى بصر مني. ومع هذا ينتابني الآن شوق أربعيني لرؤية الخيول تركض كل أسبوع في مضمار قصر السعيد. لم تكن قلة معرفتي بأنواع الخيول و الأفراس و المهرات و السباقات لتثنيني عن التشبث بهذا الغرام الجديد و كأنه آخر الغرام عندي. و قفت على قصص عجيبة لأفراس مثل" حليم" و" العكرمي" و بدت لي علاقة الإنسان بالخيول شائكة حين يعطي الحصان لمالكه معنى .يستمد  الرجال  رمزية وجودهم من حصان جميل سريع وكاسب للسباقات.
لا أنكر أن صديقي" أبا معتز" الذي ألبسني هذا الغرام كان حكواتيا بارعا  يختار من تفاصيل الحكاية عن سباق أو مالك حصان أو حصان ما يناسب غرامي الجديد إنه يريد توريطي و كان له ذلك.

سباقات الخيل في مركض القصر السعيد مليئة بالرمزيات. وأهم رموز السباق تلك المكانة العالية التي تعطى للحصان أثناء السباق.لا نسمع تشجيعا للراكب وكأن الخيول تجري وحدها. سباقات الخيل من السباقات التي لا تترك منفذا لنرجسية الإنسان حينما ينتصر لأن الجدارة الحقيقية للحصان التي لا يمكن افتكاكها منه. و هنا يكون معنى الفوز في سباق الخيل غير  معنى الفوز في سباق رياضي آخر. هناك من فهم هذه المقولة وهم أولئك الذين لهم عراقة في عالم الخيول.

حظرت الأحد الماضي في مركض القصر السعيد سباقات الجائزة الكبرى لسيادة رئيس الجمهورية و فاز أحد المالكين بأهم السباقات. ما أثارني في مشهد الفوز أن المالك الفائز لم يترك العنان لنرجسيته كي تفتك من الخيول الفائزة متعة فوزها. فبدا  متماسكا خجولا و رشيقا تحت ضغوطات الزهو بالفوز. كان المحيطون به يريدون تحويل الفوز إلى فوز في كرة القدم فكان "السوبر سونس" حاضرا لدى الرجل كي يفصل بين المتعتين. وفاء بوفاء تلك هي روح العلاقة بين الإنسان و الخيل.


(1) : أستاذ جامعي

في مفترق الطرق
بقلم شهاب الرويسي

ككلّ عام في مثل هذا التوقيت يشهد قطاع سباق الخيل حفله السنوي بمناسبة تنظيم الجائزة الكبرى لسيادة رئيس الجمهورية.
لكن هذه المرّة قد تكون مغايرة للمواسم الماضية على الأقلّ في مستوى إنتظارات أهل القطاع من مربّين ومالكين ومدرّبين وفرسان وأطبّاء بيطريين وعملة في الاسطبلات ووغيرهم من المهن والاختصاصات المقترنة بسباق الخيل..
فالقطاع يتواجد اليوم في مفترق طرقات ويتوقّف حاضره ومستقبله على المسلك الذّي سيقرّره من بيدهم ضبط الاستراتيجيات وتحديد الخيارات.
ولنبدأ بمركض قصر السّعيد الذّي يبدو أن الأمور تجاوزته رغم القيمة الرمزية لهذا الموقع الذّي احتضن لمدّة تفوق مائة سنة سباقات الخيل بتونس فتجهيزاته لم تعد تف بالحاجة ولا تسمح طاقة استيعابه باحتضان عدد أوفر من الخيول كما أن المركض في حدّ ذاته يتطلّب تمويلات باهضة قد تذهب في أدراج الرياح وربّما يكون من الأنسب تجديده بالكامل حرصا على تنظيم السّباقات في ظروف مريحة وسعيا إلى ضمان سلامة الخيول وتفادي الاصابات وحوادث سقوط الخيل التي تكاثرت في الآونة الأخيرة..
منح الفوز بدورها تستحقّ مراجعة جذريّة فهي رغم الزيادات الهامّة التي شهدتها لا تسمح بتغطية مختلف المصاريف التي يجابهها المربّون والمالكون من تغذية وتدريب وعلاج وغيرها..
على كلّ الأمل يحدو لمستقبل مشرق لقطاع سباق الخيل خاصّة بعد تداول معلومات بخصوص التفريط في المركض الحالي الذّي قد يصبح منتزها ومتنفّسا لمتساكني ولاية منّوبة وفي المقابل يقع إنشاء مركض عصري جديد في ضاحية قمّرت وتخصيصه للسّباقات فقط ومركز تدريب من أعلى طراز بمدينة سيدي ثابت. 
وإنّ غدا لناظره لقريب.. 

RÉSULTATS
KASSAR-SAID / Dimanche 24 juin 2012
           
1 er 2 e 3 e 4 e 5 e 6 e
           
1 er 2 e 3 e 4 e 5 e 6 e
           
1 er 2 e 3 e 4 e 5 e 6 e
           
1 er 2 e 3 e 4 e 5 e 6 e
           
1 er 2 e 3 e 4 e 5 e 6 e
Les courses
AGENDA
LES TOPS 10
Accueil  |  Courses  |  Chevaux  |  Jockeys  |  Entraineurs  |  Edito  |  News   |  Interview   |  Contact
©2010 Tunisie galop. Tous droits réservés. Création site web Tunisie, MDSOFT